NOS PROJETS EN COURS ET RÉALISÉS

Projet n°
34
Montant
€ 501.000
12/12/2008
Lieu
International - Belgique
Exécution
2009/2013
Association
Breast International Group BIG aisbl
Projet
International research program form accelerating biomarker development in early breast cancer
Description

Cette association a été fondée par une femme-médecin belge, aujourd’hui Chef du Département Médecine à l’hôpital universitaire Saint-Pierre à Bruxelles. Professeure en oncologie, nommée Docteur Honoris Causa de grandes universités, Madame Martine Piccart est mondialement reconnue dans la recherche sur le cancer du sein.

Ce projet, de très grande ampleur puisque son coût se situe entre € 60 et 70 millions, sera subsidié à raison de 75% par l’industrie pharmaceutique (études cliniques portant sur plus de 1.500 malades) et par la Communauté Européenne dans une fourchette de 10 à 20%, de sorte que l’association recherche encore des fonds auprès d’autres organismes internationaux et de donateurs privés. Ses fonds seront en particulier destinés aux frais de développement des bio-marqueurs, qui permettent un diagnostic plus précoce de la maladie et un allégement des traitements lourds comme la chimiothérapie, tout en étant d’un coût moins élevé que celle-ci.

L’association, constituée d’une vingtaine de collaborateurs, a pour tâche d’offrir un forum scientifique neutre aux acteurs de cette étude. Pilote de ce projet, elle coordonne leurs activités : les résultats sont regroupés, synthétisés et immédiatement transmis aux chercheurs de par le monde (dans plus de quarante universités et centres de recherche) avec réévaluation permanente des rôles respectifs. Cette méthode raccourcit de manière très appréciable le délai de mise à disposition des nouveaux traitements, tout en réduisant les frais de recherche. La conservation des données scientifiques et leur maintenance sont également assurées par l’association.

Si les frais d’études et de recherches trouvent assez aisément des bailleurs, le financement du fonctionnement de l’association elle-même est plus problématique.
L’allocation de € 501.000 accordée est destinée à couvrir les frais de mise en route du projet et, durant cinq ans, de maintenance de la banque de matériel biologique, suivant le budget détaillé transmis.

Evolution

L’association a poursuivi ses activités conformément aux objectifs prévus. Elle a cependant introduit début 2013 une demande en vue de pouvoir utiliser le solde des fonds disponibles (€ 105.000) afin de couvrir également le champ des bio-banques à des études postopératoires (adjuvantes) particulièrement innovantes ainsi qu’à celles ciblant le cancer du sein métastatique. Cette modification a été acceptée. Le projet se poursuit avec l’aide de plusieurs bailleurs de fonds institutionnels et privés.

Le rapport final de ce projet est établi fin 2014 : « Grâce au soutien de NIF Trust, BIG dispose aujourd’hui d’une plateforme IT (sécurisée) et de partage de données parfaitement opérationnelle. Les hôpitaux peuvent récupérer les données brutes et qualifiées (52.000 échantillons) ainsi que les données provenant des laboratoires de séquence génétique. Ces informations sont à disposition des chercheurs et des médecins du monde entier ».