NOS PROJETS EN COURS ET RÉALISÉS

Projet n°
123
Montant
€ 135.000
21/07/2014
Lieu
Cuesmes - Belgique
Exécution
2015/2016
Association
Espoir asbl
Projet
Extension d’une Maison d’accueil pour femmes en détresse et adolescentes en situation de précarité
Description

Cette association belge a été créée en 1982 à l’initiative de plusieurs femmes confrontées régulièrement aux problèmes de violence, de maltraitance, de crise du logement et de surendettement. Elles ont ouvert une Maison d’accueil à Cuesmes, dans le Borinage, région extrêmement défavorisée où le chômage sévit fortement depuis des décennies, où les logements pour les moins favorisés, tant sociaux que privés, sont en piteux état.
L’association, sollicitée par les Services de Protection à la Jeunesse, les Tribunaux de la Jeunesse, les CPAS, accueille des mères et leurs enfants qui viennent de toute la Communauté Française : les mineures enceintes ou accompagnées d’un enfant, les femmes victimes de violences conjugales, en rupture de couple, sociale ou économique, les jeunes filles ou femmes accompagnées d’enfants en détresse. A ce jour, plus de 1.600 femmes et 3.000 enfants ont été hébergés.
L’association met tout en œuvre pour permettre à chacune de retrouver sa dignité et sa place dans la société, en étant actrice responsable de sa vie, ce qui nécessite un accompagnement au quotidien afin que la personne ne se marginalise davantage. Les hébergées contribuent à la vie en commun : entretien de la chambre, des communs, du linge, etc.  Elles sont aidées dans l’élaboration des menus (équilibrés, tenant compte des budgets, gestion des restes).
Le but final est la réinsertion sociale et économique.
Plusieurs associations de la région soutiennent financièrement, et de manière régulière, les actions de cette Maison d’accueil, afin qu’elle puisse équilibrer son budget.

La Maison possède actuellement 14 chambres, dont 6 sont occupées par des mineures enceintes (sur la région il n’existe qu’une seule autre Maison disposant de 3 chambres pour mineures) qui nécessitent une approche plus complexe.
Elle loue d’autre part une petite maison à une centaine de mètres pour ses bureaux.
Il s’avère indispensable de construire une extension afin de pouvoir aménager 4 chambres pour mineures supplémentaires et de rapatrier les bureaux sous le même toit pour des raisons évidentes d’efficacité, tandis que la maison louée sera par la suite transformée pour accueillir les femmes en voie de réinsertion sociale.
Une plus grande capacité d’hébergement répondra partiellement aux nombreuses demandes auxquelles il ne peut être donné suite, sans pour autant augmenter les frais de fonctionnement actuels, et amènera aussi quelques revenus supplémentaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles qui verse des subsides pour chaque mineure enceinte accueillie.

Le budget des travaux est estimé par l’architecte à € 220.000 pour l’ensemble du projet qui devrait débuter en 2015. Il ne devrait pas y avoir de problème urbanistique, s’agissant d’une propriété de la Ville de Mons auprès de laquelle l’association est emphytéote pour encore 70 ans.
L’association a des promesses formelles de financement privé pour un total de € 55.000. Elle ne peut compter sur aucun subside. Elle sollicite une allocation de € 160.000 pour pouvoir réaliser ce projet.

Le projet est sélectionné et l’allocation fixée à € 135.000 libérables sur présentation des justificatifs et états d’avancement des travaux.

Evolution

Des difficultés ont été rencontrées avec les services de l’Urbanisme. L’accord est intervenu fin 2015 après modifications au projet.
Le début des travaux est prévu au second semestre 2016, cependant, début d’année, de nouvelles impositions grèvent encore le budget du projet.
L’association ne voit d’autre option que le renoncement à son projet.