NOS PROJETS EN COURS ET RÉALISÉS

Projet n°
106
Montant
€ 157.124
3/07/2013
Lieu
Bruxelles - Belgique
Exécution
2013/2014
Association
Info-Sourds de Bruxelles asbl
Projet
Développement d’un centre-relai d’interprétation en langue des signes francophone par vidéophonie
Description

L’association qui introduit ce projet a bénéficié en 2011 d’une avance de fonds de € 55.000, convertible en allocation dans un délai de 5 ans, pour l’engagement d’interprètes supplémentaires afin de répondre aux demandes non satisfaites (voir projet n°75).
Ce projet était basé sur les modifications d’interventions financières des autorités de tutelle (Cocof) dont le décret paru en 2014 n’a repris qu’une partie de celles-ci, certains accords ont été reportés à 2015, 2017 ou plus tard, faute de moyens. Le projet avait cependant été engagé et l’association n’a pu que partiellement couvrir ses dépenses. Une somme de €17.875,24 a été convertie en allocation afin d’équilibrer les comptes 2011 à 2013 en 04/2013.
Devant cette situation, l’association a préféré choisir une autre voie pour satisfaire la demande des personnes sourdes : celle de mettre en place un système de communication par vidéoconférence qui s’avère bien plus performant, grâce à l’élimination des temps et des frais de déplacements des interprètes et grâce à un rendement horaire largement supérieur. Ce système permet également de réduire les coûts pour les utilisateurs privés et les interventions des pouvoirs publics. C’est enfin une solution pour pallier au nombre très limité de professionnels qualifiés.
Le système est déjà en phase de test dans la région flamande depuis septembre 2012 avec deux postes de travail d’interprétation. Il est utilisé à grande échelle aux Etats-Unis (ligne gratuite pour les personnes malentendantes), en Suède et au Royaume-Uni. Ce système se met peu à peu en place grâce aux ordinateurs, tablettes et autres téléphones mobiles.
L’association a analysé avec soin les techniques existantes, leurs qualités et leurs défauts pour le contexte qui l’occupe. Le budget de ce projet pilote est de € 182.000, étalé sur deux ans (12/2013 à 12/2015). Les frais de licence du logiciel sont importants (42,6% du budget total) pour deux lignes simultanées, le support et la formation d’un expert au sein de l’association. Mais ces frais se justifient par la spécificité du logiciel en question : il doit répondre aux différentes situations de localisation des intervenants (personne malentendante, interprète, personne entendant) ; la conversation doit être cryptée, car de nombreuses interventions concernent des problèmes juridiques et médicaux ; la définition de l’image doit être suffisante pour garantir la traduction gestuelle, ce qui n’est pas le cas avec les programmes connus de téléphonie ou de conférence avec image.
Le budget prend en compte le salaire d’un interprète et sa formation, celui d’un développeur à mi-temps et l’aménagement d’un local au sein de l’association.
En Région wallonne, le SISW a puisé dans ses fonds propres à hauteur de  € 27.500, de sorte qu’il reste une somme de € 167.000 à trouver. Les pouvoirs publics sont très intéressés, tant les Régions qu’au niveau Fédéral (Affaires sociales, Personnes Handicapées, Santé, Emploi, Formation) mais attendent de voir.

Une allocation de € 120.000 est accordée au projet à laquelle s’ajoute le solde (€ 37.124) du projet précédent interrompu. L’association dispose de 18 mois pour trouver le solde du budget.

Evolution

Le projet a débuté en 09/2013.
Le système installé fin 2014 après tests et formation du personnel interprète, est mis à disposition des malentendants début 2015 (voir  www.relais-signes.be ). D’autres associations se sont jointes au projet, assurant de la sorte le complément de financement à couvrir.
En 2015-2016, le nombre d’utilisateurs est en constante évolution. On constate un intérêt croissant d’employeurs et du secteur public (AWIP, PHARE, SP Finances) et de nombreuses demandes de formation à l’outil.
Au cours des six premiers mois de 2016, les permanences assurées cinq demi-jours par semaine par cinq interprètes professionnel(le)s, ont traité 3.000 appels. Deux Mutualités sont demandeuses des services proposés. L’association a bon espoir que le projet soit reconnu en Région Bruxelloise par les autorités compétentes.