NOS PROJETS EN COURS ET RÉALISÉS

Projet n°
301
Montant
€ 200.000
08/06/2021
Lieu
FAYT-LEZ-MANAGE - Belgique
Exécution
2021/2023
Association
SOLIDARITÉ GROUPEMENT SOCIAL FÉMININ LIBÉRAL asbl
Projet
Construction d’un nouveau Service Résidentiel Général pour 40 enfants placés par les Autorités de la Jeunesse
Description

L’asbl Solidarité GSFL regroupe 2 entités : la Maison Paul Henricot à Court-Saint-Étienne et la Maison Léopold Castelain à Fayt-Lez-Manage.

La première, d’une capacité de 25 lits (10 chambres), accueille des mères (ou futures mères) et leurs enfants pour une durée limitée (9 mois, avec 3 prolongations possibles de 3 mois).
Elle est dotée d’équipements collectifs et les occupantes sont accompagnées dans l’acquisition ou la récupération de leur autonomie dans un environnement matériel et humain également adapté aux enfants. Un projet individuel est élaboré avec la maman.

La seconde, ouverte en 1953, prend en charge jusqu’à 35 mineurs (m/f) de 3 à 18 ans sur base d’un mandat des autorités d’aide à la jeunesse. Les jeunes sont scolarisés.

Cette infrastructure, vétuste et dont les coûts de maintenance grèvent lourdement les charges de l’association, pour un résultat insuffisant, est devenue obsolète devant les pratiques pédagogiques et de prise en charge actuelles des jeunes et de leurs familles.

L’association a pris la décision de construire un nouveau bâtiment et de réaffecter l’ancien à un nouveau service de post-hébergement, une étape déterminante pour de nombreux hébergés de chacune des 2 structures qui ont encore besoin d’un accompagnement d’une durée qui sera déterminée de commun accord. L’immeuble peut comprendre 6 logements allant d’une à trois chambres.

Le projet concerne le nouveau bâtiment de Fayt-Lez-Manage, pensé comme outil pédagogique et respectant scrupuleusement les nouvelles normes et règles imposées par les services d’aide à la jeunesse.
Il permettra de créer 2 unités de vie bien distinctes, l’une pour les 3 à 12 ans et l’autre pour les 13 à 18 ans, en étages séparés, ainsi qu’une unité de 4 studios réservée à la pré-autonomie.
La capacité d’accueil passera de 35 à 40 mineurs, permettant également de mieux équilibrer les charges et subsides.

L’ensemble des activités qui seront proposées, une fois la réaffectation de l’ancien bâtiment réalisée, pourra être considéré comme projet pilote car il contient la solution globale aux problèmes d’hébergement, de restructuration de la personne et de son insertion ou réinsertion dans la société, dans une série de transitions sécurisantes et sécurisées.
Un grand progrès pour les accompagnés mais également pour les accompagnants qui prendront pleinement conscience des résultats de leurs efforts, ce qui leur apportera un sentiment de « devoir accompli » – aujourd’hui, l’arrêt de l’accompagnement du jour au lendemain anéantit souvent une partie de leur travail.

Il reste à finaliser les démarches administratives auprès de l’Urbanisme (accord de principe obtenu par le bureau d’architecture fin 2019, conforté récemment par le fonctionnaire délégué lors de la présentation des plans et maquette), le dépôt est prévu en mai 2021, réponse au plus tard, fin août 2021.

La construction débuterait en septembre 2021, pour une durée de 18 mois.
Concernant la demande d’augmentation du nombre de places, l’avis de l’AviQ est positif mais la procédure ne pourra être officiellement introduite qu’après l’obtention de l’autorisation de bâtir. Le projet est considéré comme une opportunité et répond à un besoin du secteur.

Le budget à allouer est de € 3.298.000, honoraires et TVA comprise (hors abords). Il a été approuvé par le C.A.

Les pouvoirs publics de l’Aide à la Jeune (AAJ) n’affectent pas de subsides pour la construction ou la rénovation dans le secteur d’activités.

L’accord de principe de la banque sur un prêt de € 2.500.000 est acquis (33 ans).
L’association ne peut envisager un prêt plus important sans mettre en péril la pérennité du service.

L’association fait un apport de € 500.000 sur fonds propres. Ils proviennent de donateurs privés et de la vente d’une partie de son patrimoine immobilier (qui a également permis de réaliser la construction de la nouvelle maison d’accueil de Court-Saint-Étienne).

Le solde à financer est de € 298.000 qui doit être absorbé via la recherche de dons privés.

L’association sollicite une aide significative de la Fondation NIF.

Une allocation de € 200.000 est attribuée à ce projet.

Evolution

L’allocation accordée est conditionnée à l’accord définitif de l’Urbanisme et à la confirmation du prêt bancaire.